1ère étape de la Réunification

Apparemment, certains africains ne se considèrent pas comme tel parce qu'ils n'ont jamais vécu en Afrique. Selon eux le lien entre leur origine et eux est rompu depuis trop longtemps. Ils se sentent étrangers à leur racine. D'autres soutiennent qu'ils sont métissés donc pourquoi se tourner vers l'Afrique plutôt qu'une autre origine. Ça ne les intéresse pas non plus de réparer ce lien.

En parallèle ces mêmes personnes rêvent d'aller aux États-Unis et fantasment de vivre le "rêve américain". Au point qu'elles s'habillent comme les américains, qu'elles mangent comme eux, qu'elles connaissent leur histoire et leur culture de fond en comble. Ces personnes apprennent même l'anglais pour écouter les émissions, comprendre les chansons et regarder les télé-réalités.

 

Cela s'explique par le fait que les États-Unis montrent une façade de puissance, d'excellence et de réussite prodigieuse. L'image renvoyée par les séries, les films et les clips est grandiose ! Belles maisons, beaux vêtements, technologie à la pointe, super-héros, protagoniste courageux qui réussit toujours à triompher ! Quant aux exemples d'acteurs, d'humoristes, de chanteurs, de sportifs et de mannequins qui sont partis de plus bas que nous et qui ont connu la fortune et la célébrité, une calculatrice ne suffirait pas pour les compter.

 

 

Même les corps des américains nous ont fait rêver ! On a grandi en imitant leur façon de s'habiller, de se coiffer, de parler, de danser, de poser... Jusqu'à présent ce sont eux qui maîtrisent la tendance à l'échelle internationale. Grosse fesse, maquillage contouring, lace colorée. Même si ça existait déjà ailleurs ça ne prend de la valeur que quand eux valident. Entreprenariat, sciences, politique, les africains des États-Unis brillent partout d'une lumière éclatante qui plonge les autres pays dans les ténèbres de la banalité.

   

Il n'y a pas de secret. L'Afrique séduira sa diaspora en médiatisant massivement ses richesses, ses opportunités professionnelles, ses meilleures université, ses artistes prodigieux, ses savoir-faire, ses génies scientifiques et ses entrepreneurs qui bâtissent une réussite phénoménale ! Il va nous falloir envahir tous les secteurs de la culture populaire afin de créer une vitrine d'excellence et de splendeur. Musique, littérature, cinéma, photographie, récits historiques, absolument tous les leviers doivent servir à valoriser l'image du continent.

En attendant que tout ceci se synchronise, sachez que la verbalisation de nos pensées possède un pouvoir créateur. C'est d'ailleurs pourquoi j'ai décidé de créer une réunification à mon échelle entre la diaspora et ceux du continent en utilisant un seul terme pour les désigner: africains. J'ai remarqué que même si un sino-descendant est né aux États-Unis, en France ou au Congo, et qu'il y vit depuis 60 ans, et qu'il est la 3e génération installée là-bas, et qu'il n'a jamais mis un orteil en Chine, et qu'il est marié à une personne étrangère à sa communauté éthnique, il est appelé "chinois" et il sera toujours perçu comme appartenant à l'identité asiatique.

Autre parallèle auquel j'ai réfléchi, lorsqu'une girafe est envoyée dans un zoo à New York ou au Brésil, peu importe combien de temps elle reste éloignée du continent, peu importe si elle n'y retourne jamais, peu importe si elle ne mangera plus jamais la même chose et si elle s'est totalement adaptée à son nouvel environnement, il nous paraît évident de la considérer comme africaine. Ça vaudra pour son petit même s'il naît à New York ou au Brésil. Et ça vaudra pour le petit de son petit. Même à la 5e génération dans le zoo, toutes les girafes seront considérées comme appartenant à l'Afrique. Simplement parce l'Afrique est le seul endroit au monde d'où elles proviennent.

Je pense que nous aurons fait un grand progrès lorsque tous les afrodescendants se considèreront comme des africains et lorsque tous ceux du continent considèreront la diaspora comme africaine y compris ceux et celles qui n'ont jamais mis le pied sur la terre mère. Je pense que verbaliser cette unité est un enclenchement. A force de l'entendre et de le répéter ça imprègnera nos cerveaux et ça préparera nos mentalités au retour pour les uns et à l'accueil pour les autres. Je veux croire que cette sémantique contribuera à la cohésion qui est indispensable au redressement des peuples africains et à la reconstruction de leurs puissances.

Safia Enjoyife

Catégories: Chroniques

fondatrice de Grandeurnoire

Laisser un commentaire